Traitement

Traitement des crises

Le traitement des crises vise à atténuer les vertiges et les symptômes associés (anxiété, nausées, vomissements). Il fait appel à trois types de médicaments :

les médicaments anti-vertigineux

les médicaments anti-vomissements

Eventuellement les médicaments anxiolytiques qui entraînent une diminution de la sensibilité du système vestibulaire et réduisent l’anxiété rattachée à la crise souvent brutale.

Ces médicaments sont donnés par injections intraveineuses en cas de crise grave, ou sous forme de comprimés si la crise est modérée. La dose est fixée par le médecin et la durée du traitement, la plus brève possible, est généralement de deux ou trois jours. De ce fait, ces médicaments induisent peu d’effets secondaires.

Enfin, des médicaments dits diurétiques peuvent être injectés par perfusion (ces médicaments, en entraînant les reins à excréter davantage de liquide font uriner, et, par consé- quent, aident à diminuer la pression dans l’oreille interne), et ce, même au moment des crises. Le repos est nécessaire après une crise, mais il faut éviter de rester trop longtemps alité, afin de permettre une réadaptation du système de l’équilibre.

En cas de baisse brutale importante de l’audition, un traitement par des corticoïdes (médicaments en général utilisés pour lutter contre l’inflammation) est parfois associé durant quelques jours.

Lors de la première crise, surtout si elle est intense, la personne est souvent hospitalisée Cela permet de réaliser au plus vite les examens qui permettront de confirmer le diagnostic.

Traitement de fond

Le traitement de fond vise à améliorer la qualité de vie de la personne atteinte en dimi- nuant la fréquence et l’intensité des crises vertigineuses et en prévenant autant que pos- sible la détérioration de l’audition.

Son principe est de tenter de réduire la pression de l’endolymphe (liquide dans l’oreille interne), mais ses résultats sont aléatoires car les mécanismes exacts de la maladie ne sont pas connus avec certitude et l’évolution est très variable d’une personne à l’autre.

Le traitement de fond est différent d’une personne à l’autre : en effet, le choix du médicament est fait en fonction de la sévérité des symptômes et de l’absence de contre- indication… Par ailleurs, comme il s’agit d’un traitement qui va être poursuivi pendant très longtemps, ce choix ne devient définitif qu’après plusieurs semaines d’utilisation, une fois que l’efficacité du médicament a été vérifiée (réduction de la fréquence et de la sévérité des crises).

Certains médicaments anti-vertigineux, en particulier la bétahistine, permettent ainsi d’atténuer la sévérité des nausées et des étourdissements en cas de crise de vertige et de diminuer les acouphènes.

Dans certains cas, les médicaments diurétiques peuvent aider à diminuer la pression dans l’oreille interne. Cependant, s’ils sont mal utilisés ou mal dosés, ils peuvent entraîner une déshydratation et une baisse de la pression artérielle, et parfois des allergies cutanées, une modification du taux de potassium sanguin qui peut s’avérer dangereuse du point de vue cardiaque, des troubles digestifs, une fatigue, des maux de tête, des troubles du sommeil… Ils ne doivent donc être pris que sous contrôle médical strict.

Certains médicaments antihistaminiques (médicaments destinés à traiter les allergies) et/ou des corticoïdes (voir ci-dessus) sont parfois utilisés en particulier en cas de baisse brutale de l’audition. Ils diminuent l’intensité des vertiges et des bourdonnements. Ils peuvent être administrés par voie orale, en injections ou à travers le tympan (voie trans-tympanique). Cependant, ces médicaments (et surtout les corticoïdes) peuvent entraîner des effets indésirables multiples comme : une hypertension artérielle, des troubles digestifs, une prise de poids, un risque accru d’infection…

Rééducation vestibulaire

Lorsque les médicaments ne sont pas suffisamment efficaces et qu’il existe une instabilité entre les crises, les personnes atteintes peuvent entreprendre une rééducation vestibulaire. Cette rééducation est encadrée par une équipe spécialisée dans les troubles de l’équilibre, travaillant en collaboration avec les médecins ORL. Les kinésithérapeutes qui la réalisent ont suivi une formation particulière et disposent d’un matériel spécialisé. Plusieurs exercices peuvent être effectués, à l’aide d’un fauteuil rotatoire, de dispositifs permettant de travailler les mouvements oculaires en suivant les déplacements de sources lumineuses, d’une plateforme.

Ces exercices permettent de rééduquer l’équilibre en renforçant les mécanismes complémentaires qui interviennent normalement dans l’équilibre pour compenser l’atteinte vestibulaire due à la maladie de Menière.

Traitement « pressionnel »

En absence d’effet du traitement médicamenteux et de la rééducation vestibulaire, un traitement dit « pressionnel » peut être utilisé. Il consiste tout d’abord à mettre en place un drain ou aérateur transtympanique, qui est un tube traversant le tympan. Il s’agit du « yoyo » utilisé chez les enfants présentant des otites à répétition ou otites séreuses. La mise en place du drain est réalisée sous anesthésie locale ou générale. Dans un certain nombre de cas, la mise en place du drain réduit significativement la fréquence et l’intensité des crises.