Explication

L’oreille interne comporte deux parties qui ont de nombreux points communs (figure 1) :

-l’organe de l’audition, appelé cochlée ou limaçon, qui transforme les sons en signaux électriques et les transmet au cerveau (par le biais du nerf auditif).

-l’organe de l’équilibre, appelé aussi vestibule.

EarIllustr_fran-540x430

Figure 1. Oreille interne avec la cochlée (permettant de transformer les sons en signaux électriques et le vestibule (organe de l’équilibre).

Ces deux parties sont tapissées de cellules coiffées de « cils », appelées cellules ciliées (figure 2). Ce sont les cellules ciliées qui transforment les vibrations sonores en impulsions électriques, mais aussi les informations concernant l’équilibre. Lorsqu’un son arrive dans l’oreille, il fait vibrer le tympan et les osselets. Cette vibration sonore est alors transmise dans la cochlée, où elle se propage dans l’endolymphe (liquide contenu dans la cochlée) comme une vague. Les cils de ces cellules sont similaires à des algues oscillant sous l’effet de cette vague. Leurs mouvements transforment l’onde en signal électrique transmis au cerveau, à partir des cellules ciliées vers les fibres du nerf auditif.

L’appareil vestibulaire, situé lui aussi dans l’oreille interne, est constitué de trois canaux en forme de demi-cercle (les canaux semi-circulaires), disposés perpendiculairement les uns aux autres (figure 1).

Les canaux semi circulaires et la cochlée sont remplis du même liquide : l’endolymphe. Ce liquide est très particulier : il est présent en faible quantité, dans un compartiment ferme et sa composition est différente de la plupart des autres liquides de l’organisme: il est pauvre en sodium et riche en potassium.

Dans la maladie de Menière, un excès d’endolymphe, ou une élévation de la pression de ce liquide (hydrops endolymphatique) dans l’oreille interne semble à l’origine des symptômes : crises de vertiges, acouphènes et altération de l’audition.

 

 

Source : www.orpha.net